Provinces

From March of History
Jump to: navigation, search

Les provinces sont l'une des bases du jeu. Elles sont à la base de la production des richesses et des armées. Une province est une étendue de territoire aux frontières délimitées et dans laquelle vivent des habitants. Elle possède une capitale avec laquelle elle est fréquemment confondue.

Caractéristiques d'une province

Une province est caractérisée par son nom, son étendue géographique ainsi qu'un certain nombre de caractéristiques internes dont :

  • Un nombre d'habitants et un taux de croissance de la population
  • Un moral représenté par un nombre de cœurs allant de 0 à 5.
  • Un taux d'activité économique
  • Un taux de contrôle politique qui peut être partagé entre plusieurs familles

Par ailleurs, une province possède un certain stock de matières premières et de produits manufacturés.

Le statut des habitants

Dans March of History, la population travaille toute seule et subvient à ses besoins sans qu'on ait besoin de le lui dire (sauf gros problèmes). Elle n'est donc jamais oisive et les habitants cultivent la terre, réalisent des objets manufacturés, commercent et payent des impôts tous seuls. La possession d'une province permet donc de dégager des revenus en fonction du nombre d'habitants et de l'efficacité de l'économie (voir plus bas).

Mais, en plus de ça, il est possible d'affecter directement 10% de la population à certaines tâches. Cette affectation est matérialisée par l'onglet "bâtiments" de l'écran de chaque province. On peut ainsi affecter des villageois à la construction de nouveaux bâtiments, au travail sur les champs seigneuriaux, dans des forges, etc. La rémunération des villageois est directement gérée dans ces bâtiments sans que le joueur n'ait à gérer cet aspect directement : la rémunération des artisans est ainsi incluse dans le prix d'un bâtiment, les paysans sont supposés payés en nature, etc.

Une autre façon d'utiliser les villageois est de les enrôler au sein d'unités militaires. Démographie, organisation du recrutement et résistances sociales déterminent un nombre maximal de soldats mobilisables dans les armées.

L'activité économique, la base fiscale et les taxes

Le taux d'activité économique traduit l'efficacité de l'économie interne de la province : son degré de productivité, la présence d'un stock de métal circulant suffisant, la qualité des infrastructures, etc.

Le nombre d'habitant multiplié par le taux d'activité économique donne la base fiscale. Cet indicateur est crucial car il donne le revenu maximal qu'il est possible de tirer d'une province.

Base fiscale = Population x Taux d'activité économique

Le montant annuel des taxes reçues par chacune des familles ayant un degré de contrôle politique dans la province est donné par le produit :

Taxe = Base fiscale x Contrôle politique

La personne qui possède la province de facto peut, par ailleurs, augmenter ou baisser les taxes pendant un an, ce qui fait respectivement baisser ou augmenter le moral.

La possession d'une province, le contrôle politique

Possession de jure, possession de facto

Il y a deux façons de posséder une province. La première, c'est d'en posséder le titre de propriété reconnu. On possède alors la province de jure (prononcez "dé youré"), c'est-à-dire "de droit". La deuxième, c'est de la contrôler militairement en s'en étant emparé après une bataille ou un siège en bonne et due forme : on la possède alors de facto, c'est à dire "de fait".

C'est la personne qui contrôle la ville de facto qui peut affecter la population ou construire des bâtiments ou des unités militaires. Mais légalement, le propriétaire de la province est celui qui en possède le titre.

Quand on possède une province de facto, il existe deux possibilité pour se l'approprier de jure :

  • La première est de signer un traité avec le possesseur légitime par lequel se dernier cède le titre
  • La deuxième est d'usurper le titre en dépassant 80% de contrôle politique dans la province possédée par une autre Maison

Le contrôle politique

Le contrôle politique qu'une famille exerce sur une province traduit l'influence qu'a cette famille sur les cadres sociaux et politiques et sur la production de richesse. Pour contrôler pleinement une province et en tirer le maximum de revenus, il ne suffit pas d'avoir réussi à faire entrer une armée dans la capitale, ni même d'avoir un titre de propriété, mais bien d'être étroitement lié à ses réseaux économiques et politiques.

Plusieurs familles peuvent exercer simultanément un certain contrôle politique sur une province, matérialisé par un pourcentage.

Pour augmenter le pourcentage de contrôle politique, il y trois moyens :

  • Posséder le contrôle de facto de la province, et dépenser un Point Politique (une fois par an au maximum). Le contrôle politique augmente alors de 10%, au détriment des autres familles.
  • PAS ENCORE CODÉ Avoir une armée composée au moins de 100 personnes à l'intérieur de la province, et dépenser un Point Politique (une fois par an au maximum). Le contrôle politique augmente alors de 10%, au détriment des autres familles.
  • Posséder le contrôle de facto de la province. Dans ce cas, le contrôle politique augmente naturellement de 1% par an s'il existe un propriétaire De Jure, sinon de 2% par an s'il n'en existe aucun, au détriment des autres familles. Cette augmentation naturelle cesse en atteignant les 80%.

Si la personne qui contrôle de facto une province obtient 80% de contrôle politique (40% dans le cas d'une province neutre (aucun possesseur de jure)), alors il acquiert aussi le titre de jure au 1er janvier suivant. PAS ENCORE CODÉ Dans ce cas, le personnage qui a été dépossédé de son titre acquiert une prétention sur le titre ainsi usurpé.

Les bâtiments

Cf Bâtiments

Les progrès technologiques

Cf. Progrès technologiques